Santiago de Cuba

Dénigrée par beaucoup, Santiago de Cuba est souvent présentée comme une ville dangereuse et un tantinet licencieuse. Ces échos négatifs en tête, c’est un peu à reculons que nous avons mis le cap sur la capitale de l’Oriente. Quelle ne fut donc pas notre surprise de découvrir une ville coloniale sympathique à souhait et bourrée de charme ! N’écoutez pas les mauvaises langues. On vous dit tout sur Santiago de Cuba !

Santiago de Cuba - musiciens

Santiago de Cuba en quelques mots

Située dans l’Oriente, à l’est de l’île, Santiago de Cuba est la 2ème ville du pays et la capitale de la province du même nom.

C’est en 1514 que le conquistador Diego Velázquez de Cuéllar fonde Santiago de Cuba, après avoir établi quelques années auparavant les villes de Baracoa et Trinidad. Santiago est rapidement promue au rang de capitale de l’île mais La Havane prend la relève quelques décennies plus tard.

Dépossédée de son statut de capitale, Santiago devient cependant vite l’une des villes les plus dynamiques des Caraïbes.Comme elle est nichée dans une baie, sa position stratégique en fait un port de premier ordre pour le commerce et la contrebande.

Santiago de Cuba attire ainsi des migrants de tous horizons. C’est d’ailleurs principalement dans la région de Santiago que les colons français fuyant Haïti se réfugient au début du XIXème siècle. Ils apportent avec eux les secrets de la culture du café, devenue aujourd’hui partie intégrante du patrimoine cubain. 

Santiago de Cuba - Bus

Ainsi, Santiago de Cuba est depuis son origine une ville multiculturelle. C’est à ce métissage et ce mélange de cultures que la ville doit son identité si vibrante et singulière.

Exubérante, Santiago l’est sans aucun doute ! Et rebelle aussi ! C’est en effet de Santiago de Cuba qu’est originaire le célèbre indépendantiste Antonio Maceo. La ville est aussi un symbole de la Révolution castriste. C’est là que Fidel et ses comparses lancent la première offensive contre le régime de Batista avec l’attaque de la caserne de Moncada du 26 juillet 1953. Si l’assaut se solde par un échec, il marque le début de la Révolution et donne son nom au mouvement révolutionnaire mené  par Castro : le M26. Santiago de Cuba est aussi le berceau de célèbres révolutionnaires, parmi lesquels Frank Pais, devenu le martyr légendaire de la Révolution.

Se rendre à  Santiago de Cuba

Santiago de Cuba est située dans l’Oriente, au sud-est de l’île. La plupart des visiteurs se cantonnent malheureusement à  l’ouest de l’île et ne poussent pas leur périple jusqu’à la 2ème ville du pays.

Pourtant, Santiago est relativement facile d’accès depuis le reste de Cuba. De La Havane, comptez à peine 2 heures d’avion pour rejoindre la capitale de l’Oriente. Pour en savoir plus sur les prix et les horaires des vols, vous pouvez consulter le site internet de la compagnie cubaine, la Cubana de Aviación.

De nombreux bus Viazul relient également Santiago de Cuba aux principales villes du pays : Baracoa, Bayamo, Camagüey, Guantánamo, La Havane, Holguín, Sancti Spíritus, Santa Clara, Trinidad ou encore Varadero. Les trajets peuvent par contre être très longs…

Vous pouvez aussi essayer de réserver un taxi collectif auprès de votre casa particular. Soyez cependant prévenus, il y a beaucoup moins de touristes dans l’est du pays, et donc beaucoup moins de taxis collectifs disponibles pour faire ce trajet. En revanche, il est plus facile de trouver des places de bus que dans l’ouest.

A faire à Santiago de Cuba

Le Parc Céspedes

Située au cœur de la vieille ville historique de Santiago de Cuba, le Parc Céspedes tient son nom du célèbre indépendantiste cubain Carlos Manuel de Céspedes. Cette belle place est un lieu de rendez-vous pour les Santiagueros. On y discute, on y flâne ou l’on y écoute de la musique à l’ombre salvatrice  des grands bâtiments coloniaux qui bordent la place.

Santiago de Cuba - Parque Cespedes

La Catedral de Nuestra Señora de la Asunción

C’est sur le parc Céspedes que vous trouverez la magnifique Catedral de Nuestra Señora de la Asunción.

Datant  du XVIème siècle, la cathédrale n'a été épargnée ni par les tremblements de terre ni par les pirates et a dû être reconstruite à de multiples reprises au fil des siècles.

Récemment restaurée, la cathédrale telle que les visiteurs la découvrent aujourd’hui date de 1922. De style néoclassique, elle est aussi impressionnante de l’extérieur que de l’intérieur.

Casa de la Trova

Véritable temple de la musique traditionnelle cubaine, la Casa de la Trova de Santiago de Cuba est la plus ancienne du pays. Des musiciens cubains s’y produisent à partir de la fin d’après-midi. La Casa de la Trova a vu passer des monuments de la musique cubaine dont Compay Segundo et Eliades Ochoa du Buena Vista Social Club. Le soir, la Casa de la Trova est aussi le lieu de rendez-vous des amateurs de danse cubaine !

Tivolí

A la fin du XIIIème siècle, de nombreux immigrés français fuyant la révolution en Haïti se refugient à Santiago de Cuba et créent le quartier de Tívoli. Il tient d’ailleurs son nom d’un café-concert français qui y rencontre un succès fou à l’époque.

Tívoli  constitue un labyrinthe de petites ruelles en pente (raide, vous êtes prévenus !) où il fait bon flâner. C’est aussi là que vous trouverez les célèbres escaliers de Padre Pico. Ne manquez pas non plus le Musée de la lutte clandestine. (On vous en dit plus ci-dessous, alors n'interrompez pas votre lecture en si bon chemin !)

Santiago de Cuba - Tivoli

Le Balcon de Velázquez

Pour avoir un joli panorama sur Santiago de Cuba, cap sur le Balcon de Velázquez ! Situé à l’emplacement d’une ancienne forteresse du XVIème siècle érigée pour défendre la ville, le Balcon de Velázquez offre une vue panoramique sur le quartier de Tivolí.

Des représentations théâtrales et des animations culturelles y sont aussi régulièrement organisées.

Le Musée de la Lutte clandestine

Situé dans un très bel hôtel particulier de style colonial, le Musée de la lutte clandestine retrace l’histoire du Mouvement du 26 juillet, le M-26-7, qui tient son nom de l’offensive ratée sur la Caserne Moncada. Le musée se concentre tout particulièrement sur la figure devenue légendaire de Franck País, jeune révolutionnaire assassiné en 1957.

Comme dans tous les musées historiques de Cuba, les informations sont bien sûr quelques peu partiales et à prendre avec des pincettes ! Ceux qui souhaitent en apprendre plus sur Franck País peuvent aussi aller faire un tour à la Casa-Museo Franck País.

Comptez 1 CUC par personne pour le billet d’entrée.

Le Musée du Carnaval

Créé en 1983, le Musée du Carnaval (1 CUC par personne) est désuet à souhait ! Y est exposée une collection un peu poussiéreuse de costumes et accessoires portés lors de précédents carnavals de Santiago de Cuba. Vous y découvrirez aussi une pléthore de vieilles photos un peu jaunies.

Ce n’est certes pas le musée du siècle, mais il se visite en 15-20 minutes top chrono, et ça change un peu des musées retraçant à grand coup d’hémoglobine l’histoire de la Révolution.

Et puis des comparsas, des troupes de musiciens et de danseurs typiques du Carnaval de Santiago, se produisent souvent dans la cour intérieure du musée. Et puis, devant le musée, des artisans vendent des instruments de musique cubains : c’est un beau souvenir à rapporter de Cuba !

Le Musée Emilio Bacardí Moreau

Situé dans un imposant édifice à la façade de style grec, le Musée Emilio Bacardí Moreau (2 CUC par personne) est fondé à la fin du XIXème siècle par le maire de l’époque,  Emilio Bacardí Moreau. Et si son nom est celui d’une célèbre marque de rhum, ce n’est pas un hasard ! C’est en effet Facundo Bacardí, le père d’Emilio Bacardí Moreau, qui a créé la marque Bacardí en 1862.

Le musée abrite des collections archéologiques et historiques, ainsi que des collections d’art. Y sont en autres exposées des œuvres des artistes cubains Wifredo Lam, René Portocarrero, Federico Martínez Matos ou encore Alberto Lescay.

Caserne de Moncada

C’est contre cette fameuse caserne que le 26 juillet 1953 Castro et ses troupes lancent leur première offensive révolutionnaire. Cette tentative se solde par un échec (et un bain de sang pour les combattants castristes dont beaucoup sont emprisonnés et exécutés) mais marque le début du mouvement révolutionnaire cubain connu sous le nom de M26.

Des traces de balles sont encore visibles sur la façade du bâtiment. Aujourd’hui, la caserne a été reconvertie en école. Elle abrite également le Museo Histórico 26 de Julio.

Le Parc historique Abel Santamaría 

En 1953, Abel Santamaría, l’un des tout premiers partisans castristes, participe à l’offensive sur la Caserne Moncada. A la tête d’un petit groupe de combattants, Santamaría est chargé de prendre le contrôle de  l’Hôpital Civil Saturnino Lora, situé à l’emplacement actuel du Parc historique Abel Santamaría, à quelques encablures de la caserne. Cette première tentative de renversement du régime de Batista se solde cependant par un échec. Santamaría est emprisonné, torturé puis assassiné en prison. Fidel Castro est jugé sommairement dans l’école d’infirmières de l’hôpital et y prononce son célèbre discours l’ « Histoire m’acquittera ».

Aujourd’hui, le parc porte le nom de ce révolutionnaire devenu martyre. Un monument commémoratif représente les visages stylisés d’Abel Santamaría et de l’indépendantiste José Martí. Vous trouverez aussi dans le parc le Musée Abel Santamaría retraçant l’assaut sur la caserne.

Santiago de Cuba - Parque Abel Santamaria

La Place de la Révolution

Inaugurée en 1991, la Place de la Révolution impressionne par ses dimensions grandioses. Au centre de la place trône une gigantesque statue  de 16 mètres d’Antonio Maceo réalisée par l’artiste santiaguero Alberto Lescay. Le célèbre indépendantiste est représenté à cheval, le bras levé, et entouré de 23 machettes, représentant l’indépendantisme cubain. Sous le monument, vous trouverez le Memorial a Antonio Maceo retraçant la vie et le combat de celui que les Cubains surnomment le « Titan de bronze ».

Monumento Antonio Maceo Santiago de Cuba

Cimetière de Santa Ifigenia

Si visiter un cimetière peut paraître quelque peu étrange, le Cimetière de Santa Ifigenia vaut sans aucun doute la peine de passer outre vos aprioris !

Situé à l’ouest de la ville, le Cimetière de Santa Ifigenia est créé en 1868 pour inhumer les victimes de la guerre d’indépendance et d’une épidémie de fièvre jaune qui frappe le pays dans la 2ème moitié du XIXème siècle. Il compte aujourd’hui environ 8000 tombes dont les sépultures de quantité de Cubains célèbres.

En parcourant les allées du cimetière, vous découvrirez ainsi les sépultures des légendaires indépendantistes Carlos Manuel de Céspedes et José Martí. Des gardes, relevés toutes les demi-heures (rien de moins !), veillent d’ailleurs en permanence sur la tombe de ce dernier. Insolite !

Les révolutionnaires castristes tombés au combat lors de l’attaque de la Caserne de Moncada sont aussi inhumés au Cimetière de Santa Ifigenia, tout comme Frank País et son frère Josué.

C’est également là que se trouve la tombe de l’ancien maire de la ville, Emilio Bacardí Moreau.

Les amateurs de musique iront également se recueillir sur la tombe du célébrissime musicien cubain Compay Segundo.

A faire à proximité de Santiago de Cuba

El Cobre

Pour découvrir la célébrissime Basilique de Nuestra Señora del Cobre, cap une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Santiago de Cuba ! Une multitude de pèlerins s’y pressent chaque année pour rendre hommage à la « Cachita », la Vierge de la Charité.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez jeter un coup d’œil sur notre article consacré à El Cobre.

El Cobre - Cuba

La Gran Piedra

Située à 25 kilomètres de Santiago de Cuba, la Gran Piedra est une chaîne de montagne célèbre pour l’immense rocher qui en surmonte le sommet. La Plantation de café la Isabelica, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, vaut aussi sans aucun doute le détour !

On vous en dit plus dans notre article consacré à la Gran Piedra !

La Gran Piedra

Château de San Pedro de la Roca del Morro

Le Château de San Pedro de la Roca del Morro (à ne pas confondre avec le Fort El Morro de La Havane) est une forteresse militaire située à l’entrée de la baie de Santiago de Cuba. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, le château est un site incontournable pour tout voyageur en visite dans la capitale de l’Oriente.

Si ce petit aperçu a excité votre curiosité, direction notre article sur le Château de San Pedro de la Roca del Morro pour plus de détails !

Castillo de San Pedro de la Roca del Morro

Chivirico

Localisée à 75 kilomètres de Cuba, la bourgade de Chivirico a peu d’intérêt en elle-même, mais la route depuis Santiago de Cuba vaut le détour.

Des sentiers de randonnée (réservés aux connaisseurs, débutants s’abstenir !) partent de Chivirico et mènent à la découverte de la Sierra Maestra.

Les alentours de Chivirico comptent en outre quelques plages où faire un petit plongeon rafraichissant.

Parc national du Pico Turquino

C’est au Pico Turquino, le sommet le plus haut de Cuba (1974 mètres), que le parc doit son nom. Le parc national du Pico Turquino est unanimement reconnu comme l’un des plus beaux de Cuba. 

De nombreuses randonnées de durées et de difficultés variées sillonnent le parc jusqu’au sommet, situé à 130 km à l’ouest de Santiago de Cuba.

Les plus aventuriers choisiront la randonnée longue de 2-3 jours (au départ de  Santo Domingo ou d’Alto del Naranjo dans la Province de Granma). Les plus pressés pourront quant à eux se contenter d’une randonnée de 4 heures / 6km (Province de Santiago de Cuba).

En ce qui concerne les tarifs, comptez 15 à 48 CUC par personne selon la randonnée que vous choisirez. Pour préparer votre randonnée, vous pouvez vous renseigner auprès de l’agence locale Ecotur à Santiago de Cuba.

Sachez que dans les parcs naturels cubains, tout randonneur doit obligatoirement être accompagné d’un guide.

Parc national de Baconao

Le Parc national de Baconao est un lieu pour le moins insolite ! Classé réserve de biosphère par l’Unesco, le parc de 80 000 ha compte entre autres points d'intérêts un musée automobile, des reproductions grandeur nature de dinosaures et un aquarium ! Hétéroclite nous direz-vous ? Oui, sans aucun doute !

Si vous êtes intrigués, direction notre article dédié au Parc national de Baconao.

Parc Baconao - Valle de la Prehistoria

Cayo Granma

Cayo Granma est un îlot situé à l’embouchure de la Baie de Santiago de Cuba et accessible en ferry. Sur place, les infrastructures sont limitées et se bornent à un pittoresque village de pêcheurs et une jolie église.

Pourquoi ne pas aller y faire un tour si vous en avez le temps ? Mais ce ne n’est pas une visite incontournable de la région.

Se baigner à Santiago de Cuba

Si ce n’est certainement pas pour ses plages que Santiago de Cuba est la plus connue, vous trouverez, cela dit, quelques endroits où vous baigner à proximité de la ville.

Ces plages n’ont rien de spectaculaire mais il est tout de même possible d’y faire de la plongée. Les plus connues sont la plage Cazonal et la plage de Siboney dans le Parc national de Baconao. Sinon, les plages qui bordent la route de Chivirico sont réputées pour être les plus agréables de la région.

Le Carnaval de Santiago de Cuba

C’est le carnaval le plus connu de l’île, si ce n’est des Caraïbes !

Le Carnaval de Santiago de Cuba est un évènement incontournable de l’année et les Santiagueros le préparent des mois à l’avance. Pendant les réjouissances, des cortèges costumés défilent dans les rues de ville au rythme de la conga.

Pour en savoir plus, direction l’article dédié au Carnaval de Santiago de Cuba.

Carnaval de Santiago de Cuba

Nos bonnes adresses à Santiago de Cuba

Si vous n’avez pas de pied-à-terre à Santiago de Cuba, nous vous recommandons chaudement la Casa Dulce Domenech (23 CUC par nuit, petit-déjeuner à 4 CUC par personne). Les chambres sont très correctes et la terrasse dominant Santiago est charmante ! Sans oublier que la propriétaire est une très bonne cuisinière.

Si vous rêver de manger autre chose que la sempiternelle ropa vieja, le Rumba Café fera votre plus grand bonheur ! Au menu, des plats tout ce qu’il y a de plus internationaux : club sandwichs, spaghettis, milkshakes… Un vrai plaisir après quelques semaines à Cuba !

Ceci pourrait vous intéresser :

 

pauline

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *