A faire à CubaProvince de Guantánamo

Boca de Yumurí et le canyon de Yumurí

Boca de Yumurí

Boca de Yumurí : infos pratiques

A l’embouchure du Río Yumurí, dans le canyon de Yumurí, la petite communauté de Boca de Yumurí est située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Baracoa.

Pour vous y rendre, vous pouvez prendre un taxi au centre-ville : comptez 25 CUC pour l’aller-retour (le taxi vous attendra sur place pour vous ramener à Baracoa).

En arrivant à Boca de Yumurí, vous devrez vous acquitter de frais d’admission au centre des visiteurs : de 2 à 13 CUC selon l’option que vous choisissez : tour en barque, petite ou grande randonnée…

Un guide vous accompagnera obligatoirement pendant toute la durée de votre visite à Boca de Yumurí.

À faire à Boca de Yumurí

Outre la vue magnifique depuis le mirador de Boca de Yumurí, c’est aussi l’incroyable diversité de la faune et de la flore que les touristes viennent admirer. Vous y trouverez des plantes, dont certaines sont médicinales, des oiseaux et des papillons à profusion.

Le Canyon de Yumurí doit également sa notoriété aux polimitas, une espèce endémique d’escargots. Attention, des vendeurs à la sauvette vous proposeront peut-être d’en acheter mais les polimitas sont une espèce menacée : pour les protéger, il faudra donc résister à la tentation !

Sur place, vous pourrez faire un tour en barque, vous rafraîchir dans les eaux cristallines de la rivière Yumurí et suivre les divers chemins de randonnée à la découverte du canyon. Pensez à apporter votre masque et votre tuba car vous pourrez même faire du snorkeling à la découverte des poissons de roche et des écrevisses.

Sur le chemin de Boca de Yumurí, ne manquez pas de vous arrêter au Túnel de los Alemanes, un tunnel naturel constitué d’arbres.

Autres excursions au départ de Baracoa

Vous voulez en savoir plus sur les autres excursions au départ de Baracoa ? N’hésitez pas à consulter nos articles :


Vous avez aimez cet article ? Donnez lui une note :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles

Loading...

Crédits :
Ramon Boersbroek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *